Test de la montre connectée Realme Watch 2

Temps de lecture : 8 minutes

Mi-juin, la jeune marque a annoncé la disponibilité de sa montre connectée Realme Watch 2 en Europe. En voici mon propre test.

En plein essor, Realme s’illustre au travers de smartphones. La firme sévit également sur le créneau des écouteurs sans-fil, avec notamment les Buds Air Pro et Buds Q2 dont vous avez eu mes tests, ou celui des montres connectées, avec la Watch 2 dont nous allons parler aujourd’hui.

Après un bon mois en sa compagnie, voici en effet mon avis à son sujet. L’occasion de voir l’expérience proposée par ce modèle voulu accessible au plus grand nombre et vendu seulement 59,99 euros.

Déballage

Pour l’emballage de sa smartwatch, Realme va droit au but. On trouve ainsi un écrin en plastique accueillant la montre connectée et un compartiment avec le reste des éléments.

Dans le compartiment, il y a une petite pochette en carton contenant les manuels d’utilisation et de garantie. Juste en dessous de cette pochette, un sachet plastique contient le socle de charge avec son cordon USB (non amovible).

Dans le manuel d’instructions, on trouve quelques brèves explications accompagnées de schémas, le QR code pour télécharger l’application de configuration et les caractéristiques. Succinct, mais clair.

Configuration

En parlant de la configuration, il suffit d’allumer la montre avec une longue pression sur le bouton physique latéral, de télécharger l’application mobile Realme Link (sur l’App Store pour iOS ou le Play Store pour Android), d’exécuter l’application, de lancer la recherche de la montre et de se laisser guider au travers des différentes étapes. Quelques minutes suffisent.

Après cela, il faudra évidemment paramétrer votre profil utilisateur en indiquant votre sexe, date de naissance, taille, poids et objectif de pas quotidien.

L’application permettra en outre d’installer les mises à jour logicielles déployées par le constructeur, mais également de chercher d’autres cadrans que ceux préinstallés.

Premières impressions au poignet : pas premium, mais jolie quand même

Bien que correctement finie et loin d’être moche, la Realme Watch 2 ne renvoie pas une image premium avec ses finitions simples, son boîtier plastique et son bracelet en silicone. Elle fera même penser à un bracelet connecté déguisé en montre connectée. C’est d’ailleurs, vous le verrez, cela dans les faits.

La Realme Watch 2 n’est pas désagréable à porter avec son poids contenu (38 grammes d’après le site et ma balance de cuisine) et son plastique assez doux. En fait, elle se fait même assez vite oublier au quotidien. Vous le verrez plus loin, il ne faudra d’ailleurs pas oublier de la retirer à certains moments.

L’écran : confortable au quotidien

Avec sa diagonale de 1,4 pouce et sa définition 320 x 320 pixels, l’écran de la Realme Watch 2 assure un certain confort en termes de visualisation. La luminosité se révèle assez bonne, que ce soit en pleine journée avec un fort ensoleillement ou en pleine nuit avec la possibilité de se déplacer sans allumer une quelconque lumière (pratique, vraiment). Raison d’ailleurs de désactiver la fonction « Soulever pour allumer » dans les paramètres de la montre. Cela vous évitera, tout comme à votre moitié, d’en prendre plein les yeux alors que vous vous endormiez. Toujours en parlant des fonctionnalités liées à l’écran, couvrir l’écran avec la paume de main permet d’éteindre directement celui-ci.

L’écran d’accueil : personnalisable

Les fonctionnalités se répartissent en cinq zones, comme l’explique le manuel.

Il y a tout d’abord l’écran d’accueil avec les informations telles que l’heure, la date, le rythme cardiaque, le nombre de pas et les calories brûlées. Celles-ci varient évidemment selon le cadran choisi. Vous pouvez en effet n’avoir qu’un cadran à aiguilles et donc uniquement l’heure, n’avoir – comme ci-dessous – que l’heure et la date ou avoir un cadran plus complet.

Des notifications pour pas mal d’applications

Un glissement du haut vers le bas affiche les notifications.

Depuis l’application Realme Link sur le smartphone, il faut aller dans « Gérer l’appareil/Notifications ». Vous pourrez alors activer les notifications pour WeChat, QQ, Facebook, WhatsApp, Twitter, SMS, Gmail, Instagram ou Line.

Un écran avec les réglages rapides

Un glissement depuis la gauche vers la droite donne accès aux réglages rapides comme le mode ne pas déranger, la luminosité (plusieurs tapotements pour choisir), le mode économie d’énergie, la fonction soulever pour allumer ou les paramètres.

Concernant le mode « Ne pas déranger », on peut d’ailleurs le programmer depuis les paramètres en allant dans « Ne pas déranger/Program ». Cela vous évitera les alertes la nuit.

Une foule d’applications, deux vues possibles

Un glissement du bas vers le haut permet d’accéder aux différentes fonctions comme le rapport d’activité, la mesure du rythme cardiaque, la mesure du taux d’oxygène dans le sang, le suivi du sommeil, les entraînements (jogging, cyclisme, musculation, football, etc.), l’historique sportif, les alarmes (les réveils en somme), la météo, le chronomètre, le minuteur, le contrôle de la musique, le contrôle de la photo à distance (avec le smartphone), la médiation (1, 3, 5 ou 10 minutes) et la localisation du smartphone (en le faisant sonner). Deux vues sont possibles : liste (première image) ou grille (deuxième image). Le réglage s’effectue en allant dans les paramètres, puis « Général/Vue d’applications ».

Concernant les entraînements, Realme en annonce 90, mais la montre ne peut en accueillir que 10. Le réglage se fait depuis l’application mobile en allant dans « Gérer l’appareil/Entraînements ».

À propos des vibrations, que ce soit pour les réveils ou autres, l’intensité peut être ajustée en se rendant dans les paramètres, puis « Général/Intensité des vibrations ». Deux choix : faible ou forte.

Les informations principales à portée de main

Un glissement depuis la droite vers la gauche donne enfin accès à quelques fonctions principales comme le rapport journalier (nombre de pas, nombre de calories, etc.), la mesure du rythme cardiaque, la météo et le contrôle de la musique.

 

Quelques rappels santé

Il y a également quelques rappels que l’on peut activer en passant par l’application. Parmi eux : les alertes en cas de fréquence cardiaque faible ou élevée, les invitations à se lever et à bouger et les invitations à s’hydrater. On peut aussi être averti lorsque l’objectif du nombre de pas de la journée est atteint.

Tout cela peut aussi, et c’est pratique, être activé/désactivé directement depuis la montre depuis les paramètres, en allant dans « Notification santé ».

Une interface à peaufiner au niveau des traductions

Si Realme a des ambitions affirmées concernant le marché français, la marque n’en est qu’à ses débuts. Cela se constate notamment dans les traductions perfectibles ou manquantes à certains endroits de l’application mobile. Le « More functions » dans la section « Gérer l’appareil » ou « 4 days since the last full charge » à l’écran d’accueil en sont des exemples. Tout comme le guide d’utilisation non traduit dans la langue de Molière.

Quid de la résistance à l’eau ?

La Realme Watch 2 revendique une certification IP68. Cela sous-entend une résistance aux immersions (jusqu’à 1,5 mètre d’après le constructeur) et donc une bonne résistance à l’eau. Sauf qu’en lisant les petites lignes, vous pourrez la garder pour vous laver les mains ou faire la vaisselle. Pas question en revanche de prendre votre douche ou d’aller à la piscine avec. Voilà d’ailleurs pourquoi vous ne trouverez pas cette dernière activité dans la partie entraînements. Un peu frustrant quand même avec ce type de produit.

L’autonomie et la charge

Sur le côté de la boîte et sur le site du constructeur, une autonomie de 12 jours est indiquée.

Dans les faits, j’ai eu la bonne surprise de tenir 19 jours avant d’arriver à 10 % de batterie. Loin de rester dans son coin, totalement coupée du monde, la Realme Watch 2 suivait mon activité physique, mon rythme cardiaque et mon sommeil, distillait des rappels de santé et des notifications en provenance du smartphone, me réveillait le matin par vibrations avec deux alarmes et me servait à circuler dans la maison la nuit grâce à la lumière de son écran (niveau toujours à 100 %). Elle était évidemment consultée plusieurs fois dans la journée pour avoir l’heure. J’avais par contre désactivé la fonction « Soulever pour allumer ». Bref, plutôt pas mal au niveau de l’autonomie. Et même une bonne surprise, compte tenu de l’autonomie annoncée.

La recharge s’effectue grâce à un socle avec une fixation magnétique, ce qui facilite grandement les manipulations. Le câble USB mesure environ 60 centimètres de long. On est loin du bout de ficelle inconfortable.

Chose à rappeler toutefois, surtout si vous avez des animaux de compagnie ayant tendance à tout manger, le câble n’est pas amovible. Cela signifie pas remplaçable facilement en cas de dégât.

Conclusion

Que ce soit en termes de finition, de confort au poignet, de confort d’affichage, de fonctions, d’autonomie ou de simplicité de charge, la Realme Watch 2 s’avère plutôt intéressante au regard de son prix. Et même séduisante, on peut le dire. On peut en revanche souligner la frustration au niveau de la partie étanchéité. Oui aux immersions, mais non à la piscine et à la douche. Il faudra donc bien penser à la retirer du poignet pour éviter les déconvenues. Quelques ajustements au niveau des traductions dans l’application seraient également les bienvenues.

Test réalisé à partir d’un modèle fourni gracieusement par la marque (mais sans aucune condition)