Test des Samsung Galaxy Buds Pro : que valent ces écouteurs sans-fil avec annulation de bruit ?

Temps de lecture : 7 minutes

En janvier dernier, Samsung a présenté des écouteurs Galaxy Buds Pro. Je les ai utilisés durant plusieurs semaines. Voici mes impressions.

Lors de l’événement Galaxy Unpacked organisé en janvier 2021, Samsung a dévoilé plusieurs nouveautés. Il y avait évidemment la série de smartphones Galaxy S21, mais également une balise connectée Galaxy SmartTag et des écouteurs sans-fil Galaxy Buds Pro. Aujourd’hui, je vous propose justement le test de ces derniers qui s’affichent à 229 euros sur le site du constructeur.

Dans les grandes lignes, les Galaxy Buds Pro proposent des contrôles tactiles et combinent une isolation passive grâce à un format intra-auriculaire avec une annulation active du bruit. Côté autonomie, Samsung indique 5 heures par charge avec la réduction de bruit et jusqu’à 8 heures sans. L’étui ajoute quelques charges pour un total de 18 ou 28 heures, selon qu’on utilise ou non la réduction de bruit.

Déballage

Pas de suremballage avec les Samsung Galaxy Buds Pro. On se trouve en face d’une minuscule boîte noire mettant simplement en avant le produit à l’intérieur.

À l’intérieur se trouve l’étui contenant déjà les écouteurs, une boîte d’accessoires et une pochette de documentation.

La boîte d’accessoires contient un câble USB-C vers USB et une boîte avec les embouts. On a d’ailleurs trois tailles d’embouts : S, M et L. De quoi s’adapter à la plupart des conduits auditifs.

Chose à noter : le câble de charge fourni. On est clairement loin du bout de ficelle proposé avec certains objets connectés.

Dans la pochette de documentation, on trouve le guide de démarrage rapide et le livret de garantie. Traduit en plusieurs langues, dont le français, le guide de démarrage fait le tour en 9 pages, schémas à l’appui : contenu du coffret, chargement, appairage, installation dans les oreilles et commandes tactiles.

Premières impressions

Plastique doux et robuste. Absence de jeu au niveau de l’ouverture. Pas d’assemblage douteux. Au premier abord, le produit respire la qualité, tant visuellement, qu’entre les mains. Le contraire aurait été étonnant – et surtout inacceptable – au regard du positionnement haut de gamme de ces écouteurs.

Concernant le boîtier de transport et de charge, l’ouverture vers le haut simplifie grandement la saisie des écouteurs et les emplacements aimantés le rangement. Un aspect que j’avais déjà apprécié avec celui des écouteurs Oppo Enco W51.

Pas de bouton d’appairage, que ce soit à l’intérieur ou à l’extérieur. Comme indiqué dans le manuel, les écouteurs passent en mode appairage à l’ouverture du boîtier et le restent pendant trois minutes. Après quoi, il faudra à nouveau ouvrir le boîtier.

La seule chose visible à l’extérieur, c’est le port de charge USB-C. On pourra d’ailleurs envisager une charge sans-fil, grâce à un partage de batterie en sans-fil (voir l’astuce sur la fonction Wireless PowerShare des Samsung).

Configuration : avec ou sans l’application Galaxy Wearable

Comme à l’accoutumée, j’ai varié les appareils, avec cette fois-ci un Apple iPhone 11, un Samsung Galaxy A42 5G, un Samsung Galaxy S9, un Nokia 2720 Flip et un ordinateur Asus sous Windows 10.

Sur un smartphone Samsung, le processus de détection et d’appairage est évidemment simplifié grâce à la petite fenêtre de détection (dès l’ouverture de l’étui) et l’ouverture de l’application Galaxy Wearable.

L’application Galaxy Wearable renseignera sur le niveau de charge des écouteurs et de l’étui. On a en outre un petit lot de réglages.

On peut citer le niveau d’annulation du bruit (« élevé » ou « faible » ; apparaît lorsque les écouteurs sont dans les oreilles), l’égaliseur (normal, amplification des basses, amplifications des aigus, etc.) et la lecture à haute voix des notifications (alarme, appel manqué, etc.).

Il y a également la possibilité de personnaliser l’action lors d’un appui prolongé (par défaut, basculement entre la suppression du bruit ou le mode son environnant) et de tester un mode jeu pour de la latence réduite (section « Labs »).

Pour les autres appareils, comme un iPhone ou un PC, il faudra activer le Bluetooth, ouvrir l’étui, attendre la détection des écouteurs et demander l’appairage. Je n’ai pas rencontré de soucis particuliers avec les différents appareils utilisés.

Et dans les oreilles ?

Pour installer les Galaxy Buds Pro, il faudra les « visser » dans les oreilles jusqu’à les sentir bien calés. D’ailleurs, une notification distincte dans chacune des oreillettes vous indiquera le bon positionnement.

Ceux qui sont habitués aux écouteurs sans-fil avec tiges, comme les Realme Buds Air Pro, JBL Tune 220TWS ou Oppo Enco X, pourront se demander si les écouteurs tiennent bien en place et ne risquent pas de tomber. J’ai couru plusieurs heures avec et j’ai tenté de les déloger avec des secousses brusques de la tête. Ils tiennent bien en place. Une question d’habitude, en fait. On n’y pense plus par la suite.

Des commandes classiques et faciles à retenir

Bien résumées dans le manuel de prise en main, les commandes tactiles sont très simples. Notez d’ailleurs que les commandes fonctionnent l’une ou l’autre des oreillettes.

Un tapotement met en lecture ou pause le contenu en cours de lecture, deux tapotements de passer au morceau suivant ou à la station de radio suivante (dans le cas de l’application Radio FG) et trois tapotements de passer au morceau précédent ou à la station de radio précédente. Le basculement entre l’annulation de bruit et le mode son environnant s’effectue grâce à une pression prolongée. Répondre à un appel ou le terminer se fait avec deux tapotements, et un refus grâce à une pression prolongée.

Maintenant, tout n’est pas parfait. La mise en pause automatique au retrait de l’écouteur, pourtant pratique, n’est pas de la partie. Le contrôle du volume n’est pas proposé par défaut, mais reste possible à paramétrer en passant par l’application. Comme montrer plus haut, il peut remplacer le basculement entre l’annulation de bruit et le mode son environnant, lors d’une pression prolongée.

Qualité d’écoute :  un son équilibré

J’ai déjà eu quelques écouteurs sans-fil, certains totalement dépourvus de basses comme les Qilive Q.1960 et d’autres vraiment gâtés de ce côté-là comme les Oppo Enco X. Avec ses Galaxy Buds Pro, Samsung a pris le parti d’en mettre à tous les niveaux. À l’écoute, cela se traduit par des basses bien présentes, mais avec de la place aussi pour les aigus et les médiums. Là, on parle du réglage par défaut. Ceux voulant plus de basses ou au contraire plus d’aigus pourront se tourner vers l’égaliseur dans l’application.

Une réduction du bruit plus qu’une annulation, un mode son ambiant surprenant

« Réduction active de bruit avancée », « annulation de bruit active », « fonction de contrôle du bruit », Samsung présente la technologie sous différents termes. À l’usage, le terme « réduction » apparaît plus approprié. Lors de l’activation, la réduction est certes nette, mais on ne se retrouve pas totalement coupé du monde non plus. On s’en rend compte en marchant dans la rue avec de la circulation. On s’en aperçoit aussi au moindre bruit, en étant dans une pièce calme avec les écouteurs sans musique.

Le mode « Son Environnant » ou « Son Ambiant » surprend lorsqu’on l’active pour la première fois sans le savoir. Le son devient amplifié, très net. Il permet d’écouter sa musique ou sa vidéo, tout en percevant parfaitement l’environnement extérieur. Pratique, par exemple, pour ceux marchant dans la rue avec les écouteurs sur les oreilles ou ceux voulant bosser en musique tout en ayant la possibilité de répondre vite fait à un collègue.

L’autonomie : très confortable

Comme dit plus haut, Samsung promet jusqu’à 5 ou 8 heures par charge, selon que l’on active ou non la réduction de bruit. Dans les faits, il me restait 17 % de batterie après 3 heures et 24 minutes en conversation vocale sur Discord avec la réduction de bruit et 74 % après un footing de 1 heure et 12 minutes en musique avec la réduction de bruit. Les quelques charges permises par l’étui me permettaient de tenir quelques jours. De quoi partir un week-end l’esprit tranquille. L’autonomie est clairement un point intéressant sur ces Galaxy Buds Pro.

Conclusion

Finition de qualité, boîtier à plat simplifiant la saisie des écouteurs, appairage aisé, son équilibré et ajustable grâce à l’application, commandes faciles à retenir, autonomie assez confortable et possibilité de charge en sans-fil, les Galaxy Buds Pro se révèlent vite convaincants. Seul regret finalement : la réduction du bruit facilitant bel et bien l’immersion, mais sans faire d’étincelles pour autant. Quant aux 229 euros demandés, ils n’apparaissent pas excessifs au regard de l’expérience générale.

Test réalisé à partir d’un modèle fourni gracieusement par la marque, mais sans aucune condition