Huawei confirme la revente des smartphones Honor

Temps de lecture : 2 minutes

Sur fond de pressions nord-américaines, Huawei revend finalement sa division Honor. Du cash pour le géant chinois, un boulet à la patte en moins pour sa division low-cost.

À deux reprises, l’agence de presse Reuters a évoqué la revente de smartphones Honor, une première fois pour plus de 3 milliards d’euros et une seconde fois pour 12,8 milliards d’euros. Si le montant de la transaction n’a pas été confirmé par Huawei, la cession l’a été par le biais d’un communiqué de presse publié ce mardi 17 novembre.

Le groupe de Shenzhen se sépare donc de sa division Honor créée en 2013 et dont les smartphones à prix attractifs s’adressent aux jeunes. Huawei déclare qu’il n’aura plus de parts dans Honor, ni de pouvoir décisionnel. Il cède d’ailleurs sa branche low cost à Shenzhen Zhixin New Information Technology, un consortium formé par plus de 30 sociétés.

Un boulet à la patte en moins pour Honor, du cash pour Huawei

L’opération permettra à Honor de ne plus subir de manière collatérale l’embargo américain ciblant Huawei, avec à la clé la difficulté à se fournir en composants et l’impossibilité d’accéder à des services Google tels que le Play Store. Une situation d’autant plus pénalisante pour une marque évoluant sur le segment ultra concurrentiel de l’entrée de gamme et du milieu de gamme où les faibles marges doivent s’accompagner de volumes importants.

Ses partenaires accueilleront sans doute positivement la nouvelle, avec la possibilité de collaborer à nouveau. Quant à Huawei, il récupère du cash à l’heure où il doit investir dans HarmonyOS, l’écosystème maison. Le groupe chinois se sépare également d’une division génératrice de volumes et donc de parts de marché, mais synonyme en contrepartie de marges plus faibles.

Plus vraiment d’espoir

Tout comme l’arrivée prochaine d’Harmony OS sur les smartphones Huawei, cette décision de céder la filiale Honor confirme que le groupe chinois n’espère plus de grand retournement de situation concernant l’embargo américain.