Huawei serait sur le point d’officialiser la revente des smartphones Honor

Temps de lecture : 2 minutes

La revente de smartphones Honor semble se confirmer. Le montant de la transaction apparaît d’ailleurs plus élevé.

Mi-octobre, l’agence de presse Reuters révélait que Huawei cherchait à se défaire de sa filiale Honor créée en 2013. Plusieurs noms de repreneurs potentiels avaient circulé, parmi lesquels celui de Digital China. En tant que principal distributeur des smartphones Honor en Chine, il apparaissait en tête. Le montant de la transaction était annoncé à jusqu’à 25 milliards de yuans, soit plus de 3 milliards d’euros.

Cette semaine, Reuters a remis le couvert, citant des sources proches du dossier. La revente de Honor pourrait ainsi être officialisée dimanche qui vient, pour un montant d’ailleurs bien plus élevé. On parle désormais de 100 milliards de yuans, soit 12,8 milliards d’euros. C’est un consortium porté par Digital China qui reprendrait Honor à Huawei. La transaction ne couvrirait d’ailleurs que la division smartphones, incluant la marque, la section R&D et la chaîne logistique. Honor propose également d’autres produits comme des ordinateurs portables ou des montres connectées, dont l’avenir resterait ainsi à définir. La direction et les plus de 7 000 salariés conserveraient leurs postes.

Chacun y trouverait son compte

Dans cette histoire, chacun y trouverait son compte aux yeux des analystes. Huawei récupérerait en effet du cash au moment où il doit développer un nouvel écosystème. Le groupe chinois se déferait par ailleurs d’une marque ciblant un public plus jeune dont les prix compétitifs génèrent moins de marges, afin de se recentrer sur le haut de gamme plus rentable. De son côté, Honor s’émanciperait de sa maison-mère et échapperait ainsi aux sanctions américaines visant cette dernière. Exit ainsi les restrictions concernant les composants et surtout l’accès aux services Google tels que le Play Store. Un boulet à la patte dont il serait bienvenu de se défaire, surtout dans un contexte de forte concurrence sur le segment des petits prix, terrain de prédilection d’Honor. Les fournisseurs d’Honor et Huawei y verraient aussi une petite bouffée d’air frais, avec la possibilité de travailler à nouveau avec Honor.

Tout comme l’arrivée prochaine d’Harmony OS sur les smartphones Huawei, cette décision de céder la filiale Honor confirme que le groupe chinois n’espère plus de grand retournement de situation concernant l’embargo américain.

Source : Reuters