AppGallery : Huawei se montre incitatif pour attirer les développeurs

Temps de lecture : 2 minutes

 

Huawei met les bouchées doubles pour attirer les développeurs sur sa plate-forme AppGallery et assurer la présence d’un maximum d’applications sur ses smartphones et ceux de sa marque Honor.

Ayant perdu la licence Android, Huawei ne peut plus proposer les services et applications de Google sur ses nouveaux smartphones. Adieu ainsi la plate-forme Play Store avec ses nombreuses applications. Cela vaut également pour Honor, la sous-marque du groupe chinois.

Or, un smartphone privé de certaines applications vedettes se révèle bien moins séduisant aux yeux du grand public. On se souvient du cas de Microsoft et des Windows Phone. Huawei compte donc sur AppGallery, sa propre boutique applicative, et met le paquet pour séduire les développeurs. En atteste d’ailleurs sa politique avantageuse à leur égard.

Jusqu’à 100 % des revenus au début

Comme on l’apprend sur le site du Huawei, les développeurs ont jusque fin juin 2020 pour se décider et profiter de la politique avantageuse. Concrètement, ils devront laisser moins de revenus au groupe chinois durant les deux premières années.

Dans le cas d’un jeu, Huawei garde habituellement 30 % des revenus, laissant ainsi 70 % au développeur. Les deux premières années, il ne conserva que 15 %.

Dans le cas d’une application éducative, Huawei s’octroie habituellement 20 %. La première année, il laisse tout, tandis que la deuxième année, il prélève 10 %.

Pour le reste des applications, Huawei a une commission classique de 30 %. La première année, il ne prend rien, tandis que la deuxième année, il prélève 15 %.

Tableau avec les commissions de Huawei pour AppGallery