Honor Band 5 : test du bracelet connecté avec écran couleur, cardiofréquencemètre et conception étanche

Temps de lecture : 7 minutes

J’ai testé le bracelet connecté Honor Band 5. Je vous livre mes impressions avec deux semaines en sa compagnie. Elles sont plutôt bonnes dans l’ensemble.

 

Contenu de la boîte : l’essentiel

Voici donc la petite boîte dans laquelle arrive le Honor Band 5.

À l’intérieur, on retrouve le bracelet, le socle de recharge avec son cordon Micro-USB vers USB, un guide de démarrage et le document de garantie.

 

Paramétrage : il suffit de se laisser guider

Pour commencer, il faut installer l’application Huawei Heath, disponible sur le Play Store (pour Android) et sur l’App Store (pour iOS).

Une fois l’application installée, il faut valider les autorisations et se connecter avec son identifiant Huawei. Notez qu’on peut également le faire avec un compte Google ou un compte Facebook. Rien de compliqué. Il suffit de se laisser guider.

Après quoi, il faudra jumeler le bracelet au smartphone. Ça se passe dans la section “Appareils”. Là encore, il suffit de suivre les instructions depuis l’application et le bracelet.

 

Design et sensation au poignet : un bracelet qui s’attache facilement et se fait vite oublier

Maintenant que l’application est paramétrée, mettons ce bracelet au poignet. Pas de système de fixation compliqué, ici. Le Honor Band 5 utilise en effet un système d’attache des plus classiques et s’enfile donc très facilement. Plus facilement en tout cas qu’un Xiaomi Mi Smart Band 4 avec sa fixation à pression, qui peut donner du fil à retordre au début.

Au poignet, le Honor Band 5 se fait ensuite rapidement oublier. Le poids léger et le plastique agréable au toucher font qu’on le porte naturellement, sans jamais s’en soucier.

 

Écran et interface : un affichage confortable et une interface pratique à utiliser

Parlons maintenant de l’écran AMOLED couleur et de l’interface. Très lisible même en mouvement et en extérieur grâce à sa définition 240 x 120 pixels et sa bonne luminosité, l’écran réagit plutôt bien même lorsqu’on porte le bracelet à la piscine et lorsque l’on a ainsi les doigts mouillés. Rien à lui reprocher en fait. L’interface se révèle claire et la navigation au sein de celle-ci intuitive. On entre dans les détails ou dans la section en tapotant sur l’écran, tandis qu’on revient en arrière en tapotant sur le bouton rond.

Vous avez ainsi l’écran principal avec l’heure, la date, le nombre de pas, le nombre de calories et la distance. En tapotant dessus, vous avez d’autres informations pratiques dont le niveau de batterie et la température du moment (donnée récupérée grâce au smartphone).

Les écrans suivants permettent d’accéder à l’avancée dans l’objectif quotidien, au cardiofréquencemètre, aux données du sommeil, aux exercices (course à pied en intérieur, course à pied en extérieur, natation en intérieur, etc.) et aux notifications (SMS reçus, appels entrants, réseaux sociaux, etc.).

Un écran “Plus” donne accès aux fonctions de minuterie, de chronomètre et de recherche du smartphone (en le faisant sonner), mais permet également de changer le cadran principal (trois différents) ou la luminosité (cinq niveaux différents).

Chose pratique, on peut réveiller le bracelet en levant le poignet et passer d’un écran à l’autre d’une rotation de poignet. Pour cela, il faut avoir activé les fonctions “Allumage écran en levant le poignet” et “Pivoter pour changer d’écran” depuis la section “Appareils/Honor Band 5 dans l’application sur le smartphone.

 

Usage au quotidien : des fonctions pratiques

Au quotidien, j’ai utilisé le bracelet pour me réveiller avec deux alarmes récurrentes, pour mesurer mes séances de course à pied (sans smartphone sur moi) et de natation, pour me rappeler de bouger un peu au bureau et pour m’indiquer des SMS et appels entrants. Il m’a aussi servi à mesurer ma fréquence cardiaque au repos ou après une séance de sport. Tout cela, il le fait plutôt bien.

Concernant le sport, j’ai apprécié la précision du calcul de distance plutôt correcte lors de la course à pied. Le calcul se révèle imprécis, car il se base sur l’accéléromètre, et non sur un GPS intégré, mais reste plus proche de la réalité qu’un Xiaomi Mi Smart Band 4. Sur une séance de 18,2 kilomètres, il me manquait 1,5 kilomètre. Un manque de précision qui ne devrait pas déranger ceux qui veulent “juste avoir une idée”. Ceux qui veulent une information précise s’orienteront vers un produit plus perfectionné, ou porteront leur smartphone en brassière. Aucun souci à la piscine, lors de mes séances avec des longueurs de 25 mètres. Le calcul était juste. Et comme je le disais plus tôt, aucun souci pour l’usage avec les doigts mouillés.

Le réveil par vibration, je l’ai essayé avec plusieurs modèles avant lui (Xiaomi Mi Band 1S, Lenovo HX06 et Xiaomi Smart Band 4), et ça reste vraiment plus agréable qu’un smartphone qui vous braille dans les oreilles, en réveillant au passage votre moitié. Je regrette toutefois l’impossibilité d’activer / désactiver les alarmes directement depuis le bracelet, comme le propose le Xiaomi Mi Smart Band 4. C’est vraiment très pratique. Notez aussi qu’il faut bien garder le doigt sur le bouton rond pour désactiver l’alarme. Autrement, vous voilà bon pour devoir retenter la désactivation 10 minutes plus tard. En effet, un simple tapotement équivaut à une répétition.

La lecture des SMS ou des notifications se fait de manière confortable, grâce à un écran suffisamment défini pour ne pas avoir à coller son nez sur l’écran.

Quant au cardiofréquencemètre, il indiquait entre 40 et 65 battements par minute au repos, soit à peu près la même chose que chez le médecin. La mesure est d’ailleurs rapide. Notez qu’il peut fonctionner à la demande ou en continu (fonction activable depuis l’application).

Et l’application dans tout ça ? Honnêtement, elle m’a servi pour paramétrer le bracelet et c’est tout. Au quotidien, l’écran du bracelet fournit suffisamment d’informations. Peut-être la sortirez-vous pour changer un paramètre (alarmes, par exemple) ou avoir des informations concernant les journées précédentes.

 

Autonomie : un peu moins d’une semaine

J’ai utilisé le bracelet Honor Band 5 avec toutes les fonctions activées. La première fois, j’ai tenu du dimanche matin au jeudi soir. La seconde fois, j’ai pu tenir du jeudi soir au mercredi vers midi. Soit 5 à 6 jours. C’est justement l’autonomie affichée sur la fiche technique. Promesse tenue, donc. Il faut d’ailleurs environ 2 heures pour recharger totalement la batterie 100 mAh.

Concernant le dispositif de recharge, je ne le trouve pas vraiment pratique. Je préfère clairement celui du Mi Band 1S avec le module à glisser ou du Mi Smart Band 4 avec le module à installer dans un socle. Mais mon préféré reste celui du Lenovo HX06 avec son connecteur USB accessible après avoir détaché le bracelet. Aucun socle à avoir sur soi ou à perdre.

 

Conclusion : on achète ou pas ?

Si vous cherchez un bracelet connecté à petit prix, le Honor Band 5 mérite de faire partie des options. S’il n’est pas parfait, il propose un écran agréable à utiliser, pas mal de fonctions pratiques et une autonomie correcte. Seule chose qu’on pourrait lui reprocher : les infos sportives plus ou moins précises selon les activités. Mais je n’attendais pas non plus une précision exceptionnelle étant donné le type de produit. Comme dit plus haut, les sportifs exigeants iront vers des produits plus perfectionnés.

 

Test réalisé à partir d’un modèle fourni gracieusement par la marque (mais sans aucune condition)