Dr Mario World : test du jeu de puzzle à la sauce Nintendo disponible sur Android et iOS

Nintendo a récemment donné le coup d’envoi pour Dr Mario World sur smartphone et tablette tactile. Voici mes premières impressions concernant ce jeu de puzzle disponible sur Android et iOS.

> Creusez-vous les méninges pour nettoyer l’écran des virus

Dr Mario World est un jeu de puzzle assez simple dans le principe. Il faut en effet orienter vos gélules en tapotant dessus, les faire glisser au doigt (ou les laisser glisser lentement vers le haut) et les aligner avec les virus. L’objectif : faire coïncider les couleurs (bleu, jaune ou rouge), former des lignes de trois et supprimer les virus. Il ne doit rester aucun virus à l’écran pour terminer le niveau. Pour cela, vous disposez d’un nombre limité de gélules et devez en utiliser le moins possible.

Bien évidemment, vous bénéficierez de quelques coups de pouce. Citons ainsi la carapace touchée qui va nettoyer toute la ligne ou encore la bombe qui explose en détruisant les éléments autour. Sans compter la jauge de votre médecin qui monte au fil des combos et permet de déclencher le super pouvoir propre au personnage. Il y a également, en bas à droite, les pouvoirs additionnels comme le marteau pour détruire l’élément de son choix.

Mais vous aurez également des bâtons dans les roues, comme les virus cachés dans les briques et apparaissant lorsque ces dernières explosent ou les briques incassables. Sans oublier d’évoquer la deuxième partie de la gélule qui peut se libérer si elle n’est pas utilisée et atterrir au mauvais endroit. Celui-ci ralentit en effet votre progression en bloquant partiellement ou totalement l’accès au virus à éliminer.

> Un mode solo avec une difficulté progressive

La difficulté du mode solo apparaît justement dosée et progressive. On peut même dire nulle pour certains des premiers niveaux, qui semblent juste là pour vous expliquer une mécanique du jeu. Les niveaux les plus simples ne demandent guère plus de 20-30 secondes.

La progression se révèle ainsi plus plaisante que frustrante, même dans les niveaux plus avancés. On recommence alors volontiers un niveau raté d’une ou deux gélules. Au moins dans les 20 niveaux de la première zone de Dr Mario World.

> Un système de cœurs pour vous inciter à passer à la caisse

En effet, recommencer un niveau ne pose aucun problème dans la première zone, du fait d’un nombre illimité de cœurs. Dès la seconde zone, ça n’est plus vraiment la même. On parle à présent d’un nombre limité de cœurs que l’on récupère au bout d’un certain temps (le compteur visible en haut à gauche). Vous aurez alors plus de chances de bloquer par manque de cœurs, qu’à cause d’un niveau insurmontable. Et c’est là que Nintendo entend visiblement faire son beurre ou au moins aider au grossissement de la communauté de joueurs.

Ces cœurs s’acquièrent en effet grâce à des diamants, la monnaie virtuelle de Dr Mario World que l’on obtient depuis les achats dans la boutique intégrée. 10 diamants donnent ainsi droit à cinq cœurs et 30 diamants à 60 minutes sans restriction. Or, 20 diamants coûtent 2,29 euros, 250 diamants (dont 50 offerts) 21,99 euros, 550 diamants (dont 150 offerts) 43,99 euros et 1 050 diamants (dont 350 offerts) 74,99 euros. Pour un féru du jeu qui voudrait jouer constamment sans restriction, la note peut vite se révéler salée. Autrement, il y a la possibilité d’en demander à ses amis via Facebook, après avoir associé son compte social.

> Affrontez vos amis et les joueurs du monde entier

Ensuite, j’ai pu tester le volet multijoueurs. Accessible avec l’icône en forme de trophée en bas à droite, un mode “Batailles” permet de faire des duels avec ses amis ou les joueurs du monde entier. Et ce, sans dépenser de cœurs. On pourra donc s’amuser même en étant à court de cœurs. Une manière d’ailleurs pour Nintendo de faire rester le joueur pas prêt à mettre la main à la poche.

Pour revenir au mode solo, il suffira de tapoter sur l’icône en bas à droite. Elle aura entre temps été renommée “Stages” et aura pris la forme d’un duo de gélules colorées.

> Des graphismes et un son assez sympas

Du côté des graphismes et de la bande-son, rien à dire. On sent la volonté de proposer quelque chose de soigné. Il faudra bien évidemment aimer l’ambiance enfantine. Mais ça, on le sait déjà lorsque l’on est chez Nintendo. Qui plus est en présence d’un titre de la licence Mario.

> Pas besoin d’un gros smartphone pour y jouer

Chose appréciable : le jeu ne requiert pas un gros smartphone pour tourner. Je l’ai testé dans un premier temps sur mon Asus Zenfone Max Pro M1 équipé d’un processeur octa-core 1,8 GHz avec 3 Go de RAM. Ça tourne sans le moindre souci. J’ai aussi ensuite pu l’essayer sur un Wiko View 3 Lite doté d’un processeur octa-core 1,6 GHz avec 2 Go de RAM. Là encore, ça fonctionne plutôt bien. Ces smartphones valent moins de 200 euros.

> Alors, on le télécharge ou pas ce Dr Mario World ?

J’avoue que j’étais un peu septique au départ. Je me disais encore un jeu que je vais installer et supprimer dans la foulée. Sauf que le côté gratuit, le fait que la publicité ne vienne pas pourrir l’expérience, les graphismes soignés, la difficulté non frustrante et l’univers Mario dont je suis fan ont fait que j’ai rapidement adhéré au jeu. Dr Mario World, c’est le genre de jeu que l’on sort avec plaisir pour une ou deux parties, afin de tuer le temps. Pour ceux que cela intéresse, on peut le télécharger sur l’App Store ou sur le Play Store.