Huawei : Ark OS en Europe, pas de Facebook préinstallé, gros risque en termes de sécurité et contrat 5G en Russie

Aux dernières nouvelles, Huawei est toujours empêtré dans un conflit avec les États-Unis. Celui-ci l’empêche de collaborer avec des entreprises US. Faisons sur le point sur les dernières nouvelles.

> Ark OS : le système d’exploitation alternatif attendu plus tard dans l’année

On savait que Huawei travaillait depuis 2012 sur son propre système d’exploitation mobile. Le nom HongMeng OS avait ainsi circulé. Le conflit avec les USA, qui l’empêche notamment de proposer le système Android de Google sur ses nouveaux smartphones, apparaît comme l’occasion de jouer cette carte.

Le géant chinois semble d’ailleurs prêt, comme en témoigne le récent dépôt des noms Ark, Ark OS, Huawei Ark et Huawei Ark OS auprès de l’organisme européen en charge de la propriété intellectuelle, rapporté par Android Healines. Il pourrait s’agir de la dénomination en Europe, tandis qu’on parlerait de HongMeng OS en Chine. Selon Global Times, Richard Yu, PDG de Huawei, envisagerait un lancement durant l’automne. Ou bien au printemps 2020, en fonction du temps nécessaire pour finaliser le développement.

Mais la perte de la licence Android privera également les prochains smartphones Huawei du Play Store. Le groupe chinois discuterait ainsi avec Aptoide pour pallier cette absence. La plate-forme d’applications Aptoide propose plus de 900 000 applications et revendique 200 millions d’abonnés dans le Monde.

> Huawei sans Google : un risque pour la sécurité

Si Google s’est plié aux directives des États-Unis, il se retrouve à perdre un important maillon de son écosystème mobile. Huawei étant le deuxième constructeur mondial de smartphones, c’est en effet une perte de visibilité pour son système Android. Sans oublier d’évoquer la perte de trafic sur sa boutique applicative Play Store.

Mais Google pointe du doigt un autre problème : l’existence de deux systèmes Android. D’un côté, on aurait en effet le système Android dont Google assurerait les mises à jour. De l’autre, il y aurait un système Android sur lequel Google n’aurait pas du tout la main. Selon le géant de Mountain View, et comme le rapporte Les Echos, cela pourrait poser un sérieux problème de sécurité. La correction des failles pourrait en effet prendre plus de temps.

> Les smartphones Huawei privés de Facebook

Le décret signé par les USA concerne les entreprises US, et pas seulement Google. Facebook se retrouve également dans le lot. Voilà pourquoi les applications mobiles du réseau social ne pourront plus être préinstallées sur les smartphones Huawei.

Comme l’indique Reuters, il pourrait en être de même pour le service de réservation d’hébergement en ligne Booking et le service de microblogging Twitter. Cela suppose que l’utilisateur devra se charger lui-même du téléchargement. Or, sans le Play Store ou une alternative officielle, cela pourrait s’avérer plus compliqué pour les utilisateurs moins aguerris…

>  Huawei va équiper la Russie pour la 5G

Si les relations entre les USA et la Chine sont plutôt dégradées en ce moment, celles entre la Russie et la Chine sont au beau fixe. Autant dire que la campagne de boycott lancée par les USA pour empêcher Huawei de participer au déploiement de la 5G n’a pas vraiment trouvé oreille attentive en Russie.

Alors que la Russie et la Chine célèbrent 70 ans de relations commerciales, MTS, premier opérateur mobile russe, signe ainsi avec Huawei pour son réseau 5G. Comme le rapporte CNN, Guo Ping, dirigeant de Huawei, et Alexei Kornya, PDG de MTS, ont signé l’accord devant Xi Jinping, président chinois, et Vladimir Poutine, président russe.