Rétrogaming : Sony a réussi à se vautrer avec sa PlayStation Classic

Temps de lecture : 4 minutes

Alors que le rétrogaming est plus que jamais tendance, la PlayStation Classic n’attire pas les foules. Il faut dire que Sony n’y a pas franchement mis du sien.

> La PlayStation Classic : une belle promesse au départ

En septembre dernier, lorsque Sony a annoncé l’arrivée d’une réédition miniature de sa première console de jeu, j’étais aux anges. Venant de la firme japonaise, je m’attendais à une finition qualitative. La présence de 20 jeux intégrés, dont Tekken 3, mon préféré, m’avait déjà convaincu. Me voilà prêt à débourser 99,99 euros dans ce qui semble un beau joujou pour nostalgiques et que j’attends de pied ferme.

> Puis la réalité…

Un peu plus d’un mois après, Sony dévoile la liste complète des jeux embarqués dans la bécane. Et là, ça coince. Déjà rachitique, le catalogue de la console est loin d’intégrer les meilleurs titres. Il y a bien Tekken 3, Rayman, Destruction Derby ou Final Fantasy VII, mais il manque quelques incontournables comme WipEout, Tomb Raider, Crash Bandicoot, Spyro ou V-Rally.

La console arrive donc sur les étals début décembre, mais pas chez moi. J’ai toujours cette voix en moi qui me dit de me faire plaisir, que c’est rétrogaming et beau. Pourtant, investir dans une telle console s’apparente à l’achat d’une belle coquille, mais désespérément vide. Impensable au regard du prix demandé.

> Une baisse de prix qui ne change rien

Et nous voilà début janvier, en plein dans les soldes. Micromania affiche une grosse promotion sur son site Internet, un mois après la sortie. La PlayStation Classic passe ainsi de 99,99 à 59,99 euros. Ni une, ni deux, je dégaine la carte bleue, bien décidé cette fois-ci à me la payer et à aller la récupérer le lendemain en boutique.

Sauf que 20 minutes après la validation de mon achat, je finis par annuler ma commande. Je me suis mis à douter de l’intérêt d’un tel achat, moi qui n’aime que 3 jeux sur les 20 et qui n’en aimerai sans doute pas plus de 5. D’autant plus que j’ai une PS2 à la maison, sur laquelle je joue déjà à Tekken 3 et qui ne me limite pas autant dans le choix des jeux. Car oui, en plus de n’avoir que 20 jeux, la console ne peut lire ceux en votre possession. Son lecteur CD est factice.

J’ai bien tenté d’aller directement en magasin pour me convaincre en ayant la promotion à portée de main. Il m’a suffi de retourner la boîte et de voir le catalogue pour revenir à la raison. Ma carte bleue est restée tranquillement dans mon portefeuille.

> Et déjà une seconde baisse…

Plus récemment encore, une seconde baisse de prix a été constatée au centre commercial Leclerc Sable d’Olonne, comme le rapporte le site ChocoBonPlan. Voyant la promotion à 59,99 euros ne pas fonctionner et visiblement bien décidé à écouler les stocks, le magasin a mis la console à 29,99 euros. L’humiliation totale pour la console miniature de Sony, qui se retrouve bradée à -70 % un mois à peine après son lancement.

Maintenant, la firme japonaise y a clairement mis du sien en livrant une console chère et peu fournie en bons jeux, par rapport à celles de Nintendo. Sans compter le choix des manettes classiques (et non Dual-Shock). Chacun sa manière de se planter. H&B et AToGames avaient proposé des rééditions ratées de la Mega Drive en raison de finitions bas de gamme et de bugs sonores, mais en intégrant au moins des titres sympas (si on met de côté les titres exotiques des modèles avec 85 jeux). Sony a fait l’inverse en offrant une finition exemplaire, mais avec un catalogue ridicule.

> Juste un objet qu’on aura plaisir à dégoter à prix sacrifié

Bref, la PlayStation Classic fera un bel objet à exposer sur l’étagère d’un collectionneur qui l’aura dégotée à prix sacrifié. Il n’y a qu’à lire les commentaires sur les réseaux sociaux pour s’en convaincre. À 30 euros, certains se disent pourquoi pas pour la beauté de l’objet. D’autres pourront aussi y trouver leur compte en la crackant pour ajouter eux-mêmes les jeux. Certains évoquent même l’idée de la vider pour en faire un émulateur maison avec un Raspberry Pie.

Crédit photo : ChocoBonPlan