Indice DAS non conforme : 8 smartphones épinglés, dont 2 retirés du marché

Temps de lecture : 2 minutes

L’ANFR a identifié 8 smartphones ne respectant pas le DAS maximum imposé en France. Certains ont fait l’objet de mises à jour. D’autres ont été retirés du marché.

> DAS : késako ?

L’indice DAS (pour Débit d’Absorption Spécifique, en français), ou SAR (pour Specific Absorption Rate, en anglais), permet de quantifier les ondes électromagnétiques émises par un appareil tel qu’un smartphone. On peut ainsi avoir une idée d’éventuels dangers sanitaires lorsque l’appareil se trouve près de la tête, du tronc ou des membres.

La donnée s’exprime en Watt par kilogramme (W/kg). D’ailleurs, pour qu’un appareil soit conforme à la législation française, son DAS doit rester sous la barre des 2 W/Kg.

> 8 smartphones non conformes repérés par l’ANFR

Menant des tests à ce propos, l’ANFR (Agence nationale des fréquences) vient justement de publier son bilan pour le premier semestre 2018. Sur les 51 téléphones portables testés, seulement 43 respectaient la limite réglementaire. Cela veut dire que les autres, 8 donc, n’étaient pas dans les clous.

Ci-dessous, la liste avec les noms et les DAS mesurés initialement. Comme vous pouvez le voir, 6 ont fait l’objet d’une mise à jour logicielle pour rectifier le tir. Les autres, les Orange HAPI (2,1 W/Kg) et Neffos X1 TP902 (2,52 W/kg), ont fait l’objet d’un rappel et d’un retrait du marché.