Bouygues Télécom prêt à racheter SFR

Bouygues Télécom se montre prêt à un rapprochement avec SFR. Mais Patrick Drahi, à la tête d’Altice, la maison-mère du convoité, ne compte pas brader et apparaître comme le grand perdant.

> Une rencontre

Le retour d’un marché français à trois opérateurs mobiles fait régulièrement l’objet de rumeurs dans la presse, surtout depuis que l’Arcep, le gendarme des télécoms, n’y est plus farouchement opposée. Même au gouvernement, les voyants apparaissent au vert.

Et justement, il y a des nouvelles de ce côte-là. D’après le Canard Enchaîné, Martin Bouygues, à la tête de Bouygues Télécom, et Patrick Drahi, à la tête d’Altice, la maison-mère de SFR, se seraient rencontrés le 29 mai 2018, afin d’aborder le sujet.

logo-sfr-bouygues

Les rôles sont aujourd’hui inversés. Si en 2016, c’est Bouygues Télécom qui était dans la position du racheté (il a décliné l’offre de 10 milliards de l’époque), c’est désormais SFR qui traverse une période moins glorieuse et qui pourrait faire l’objet d’un rachat.

> Ce que propose Martin Bouygues et ce que veut Patrick Drahi

Martin Bouygues voudrait racheter 51 % de SFR, laissant 25 % au fonds d’investissement CVC Capital Partners et 24 % à Patrick Drahi. De son côté, Patrick Drahi estime le groupe SFR à 24 milliards d’euros et voudrait, dans le cas d’un rachat, posséder la moitié de la nouvelle entité.

patrick-drahi

Comme l’a indiqué un participant à la réunion, les négociations n’en sont qu’au début et Patrick Drahi compte bien sortir la tête haute. Pas question pour lui d’une vente au rabais qui montrerait qu’il est le grand perdant de la bataille entre les opérateurs mobiles français. L’homme d’affaires l’avait d’ailleurs affirmé dernièrement, lors d’un déplacement au Portugal : “il faut énormément d’argent pour mettre la main sur une société comme SFR”.